Epopée Littéraire
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le jour où Nina Simone a cessé de chanter, de Darina al-Joundi et Mohamed Kacimi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
viens-lire-avec-moi

avatar

Féminin Nombre de messages : 930
Age : 23
Passion : Lire, écrire, es arts martiaux.
Coup De Coeur Livresques : L'épée de vérité ; Hygiène de l'assassin ; chroniques des temps obscurs ; Peggy Sue et les fantômes ; La voleuse de livres...
Préférences Littéraires : Amélie Nothomb - Les romans étrangers et les romans histoire de vie.
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Le jour où Nina Simone a cessé de chanter, de Darina al-Joundi et Mohamed Kacimi.   Sam 6 Mar - 20:12



Résumé : Quel est le prix de la liberté ? Liberté sexuelle, amoureuse, politique, sociale ou religieuse...
Darina al-Joundi et Mohamed Kacimi racontent une histoire stupéfiante, une histoire faite de vérité et de folie, de violence et de tendresse. Toute l'histoire du Liban contemporain concentrée en l'histoire d'une personne, fidèle au rêve persistant d'un père journaliste et écrivain pour qui la liberté n'est pas négociable. Ce rêve va pourtant se fracasser sur la violence et la haine de la guerre civile, là où tout devient possible, le sexe défie la peur, la drogue défie la vie, le refus de toutes les règles sociales et des convenances religieuses défie une société qui va se venger durement sur la jeune insoumise...
Ce livre est bien plus qu'une confession, c'est l'histoire d'une rédemption, des retrouvailles avec la vie d'une jeune fille qui devient femme au voisinage de la folie et de la mort. Il touche au coeur, au plus profond des entrailles, là où l'émotion se libère par un tremblement, dit toute la vérité d'un être dans son immense fragilité et son irréductible force.
Le jour où Nina Simone a cessé de chanter commence le jour de la mort du père, dans un lieu appelé autrefois château de Beaufort...

Extrait : " Notre première sortie concernait le cinéma Concorde transformé en abri pour quatre cents familles. Les blessés gisaient par terre, les enfants étaient brûlés par les bombes à fragmentation.... Les gens nous sautaient au cou, nous prenant pour des sauveteurs, mais nous n'avions ni sérum, ni médicaments, ni ambulance. Impuissante, je me contentais de pleurer en regardant les enfants mourir sur les sièges du cinéma.
L'étau se resserrait de plus en plus autour des Palestiniens. Les Israéliens faisaient exploser chaque immeuble où s'arrêtait le chef de l'OLP. Depuis la fameuse baignade, nous n'avions pas pris de douche. Nous achetions l'eau très cher. Pour faire notre toilette, on se contentait de se passer sur le visage un gant légèrement humecté, hors de question de se laver les cheveux. Nous ne mangions plus que du riz, du blé et des lentilles, nous avions oublié les fruits et les légumes. Les amis de mon père venaient le soir, chacun rapportait son trésor du jour, un concombre, une tomate, un bout de pain, une poignée d'olives. C'était Byzance ! "


Mon avis : Darina al-Joundi raconte l'histoire de son enfance pendant la guerre au Liban. Cette autobiographie est bouleversante, on n'en ressort pas indemne.
Comme le dit si bien le résumé, ce livre poignant nous donne une véritable claque, nous frappe en plein coeur. Et je crois que c'est grâce aux talents d'écriture de Mohamed Kacimi. Pour écrire ce livre, Darina al-Joundi a raconté sa vie, oralement, et Mohamed Kacimi a écrit.
Cela se ressent forcément, on voit tout de suite que c'est une histoire qui vient du plus profond de Darina al-Joundi, un livre écrit à vif. Elle se met complètement à nu, sans aucun tabou, j'ai trouvé cela fascinant. L'écriture est poétique et parfois vulgaire, mais l'auteure reste toujours neutre dans ses propos : elle ne fait que raconter ce qu'elle a vu et ce qu'elle a vécu sans s'apitoyer sur son sort. Pourtant, à chaque page du livre, une boule se forme dans notre gorge, les phrases sont extrêmement violentes et j'ai eu parfois du mal à croire que cette femme ai pu continuer à vivre après ce drame. Comment peut-on se relever, et survivre à une guerre comme celle-là ? Nous entrons dans un monde d'horreur, un monde inhumain, un monde où la mort règne constamment. Un passage m'a particulièrement touché, vers la fin, quand la guerre se termine, Darina al-Joundi nous livre ce qu'elle ressent : La paix ne lui plait pas, elle n'arrive plus à dormir sans les bruits d'explosions ou sans la peur. C'est terrifiant, nous sommes au comble de la folie.
Ce qui m'a le plus plu dans ce livre, c'est le fait d'être plongé dans un monde vraiment différent du notre, on croirait presque être sur une autre planète ! Les paysages sont différents, les relations entre les hommes aussi. Par exemple, le père de l'auteure et sa fille entretiennent une drôle de relation puisqu'elle lui dit absolument tout de ce qu'elle fait. Ce père est extraordinaire, si différent des autres, il ne désire qu'une chose, c'est que ses filles ne soient soumises à aucun homme, aucune loi, aucune religion. Du coup, leur éducation est impressionnante ! Sexe, drogue, alcool... Elles n'ont aucune limite, si ce n'est de ne pas se marier ou d'appartenir à la religion musulmane. C'est en fait l'histoire d'un père et de ses enfants qui se bat pour la liberté, à n'importe quel prix !
L'histoire en elle-même est intéressante pour apprendre à connaitre cette guerre, comment cela s'est passé et dans quelles circonstances.
Le jour où Nina Simone a cessé de chanter est un livre qui pleure, un livre qui saigne, un livre qui vit au creux de nos mains pour qu'il y ait en nous un déchainement d'émotions.
Absolument terrifiant, mais si beau ! Laissez vous transportez dans ces 158 pages, et préparez vous à pleurer.

En bref :

Autobiographie.
Titre : Le jour où Nina Simone a cessé de chanter.
Auteurs : Darina al-Joundi et Mohamed Kacimi.
Nombre de pages : 157.
Points + : Histoire magnifique, d'une rare violence mais si touchante.
Points - : Quelques passages au début du livre un peu trop vulgaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://viens-lire-avec-moi.skyblog.com
 
Le jour où Nina Simone a cessé de chanter, de Darina al-Joundi et Mohamed Kacimi.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il n’y a pas d’amour heureux Nina Simone
» Qui fête Noël ou le jour de l'an à Disney ?
» Offre voyage-prive.com séjour à -55% dès le 22/06
» Billet 1 jour/2 parcs à 19 euros pour 5 personnes grâce à Velouté !
» [All GPS] Mise à jour des radars pour Tomtom et iGO8 et les autres ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epopée Littéraire :: ~ Romans Autobiographiques & Témoignages-
Sauter vers: