Epopée Littéraire
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Perdido Street Station - China Miéville

Aller en bas 
AuteurMessage
WakO

avatar

Masculin Nombre de messages : 331
Age : 26
Passion : Respirer.
Coup De Coeur Livresques : Pas assez de place pour tous les écrire...
Préférences Littéraires : Aucune.
Date d'inscription : 14/05/2009

MessageSujet: Perdido Street Station - China Miéville   Dim 6 Sep - 15:14


"Ses tours sales sont illuminées. Je suis ramené à ma petitesse. Contraint de m'incliner devant cette présence extraordinaire, née du limon au confluent des deux rivières."


"Nouvelle- Crobuzon, une métropole tentaculaire, polluée, démentielle, au cœur d'un monde insensé. Humains et hybrides mécaniques y côtoient les créatures les plus exotiques à l'ombre des cheminées d'usine, des fabriques et des fonderies. Depuis plus de mille ans, le Parlement et son impitoyable milice règnent sur une population de travailleurs et d'artistes, d'espions, de magiciens, de dealers et de prostituées. Mais soudain un étranger, un homme-oiseau, arrive en ville avec une bourse pleine d'or et un rêve semble-t-il inaccessible : celui de retrouver ses ailes... Alors que la pire des abominations, des êtres qui manipulent l'inconscient, est lâchée sur Nouvelle-Crobuzon."


Bas-Lag, monde inquiétant et fantastique, abrite en son sein Nouvelle-Crobuzon. Une cité-état grouillante de vie, en effet les hommes côtoient des Xénians (hommes hybrides), des artefacts (machine "pensante") et de nombreuses autres bêtes fabuleusement affreuses.
Le bestiaire de ce roman est impressionnant de densité et de réalisme. Il est vrai que le style de Mieville ne peut pas laisser indifférent (à ce propos la traduction est excellente), l'intrigue prenante et le tout extrêmement crédible.

Mais bien plus que la forme, le fond est aussi à acclamer. Sous ses airs débonnaires Perdido Street Station se veut critique d'une certaine société qui parque ses individus dans des cases sans issues possible. Critique d'un certain pouvoir politique (tout comme son auteur) tortionnaire et sans limites dans ses exactions.
Et puis Mieville se fait l'apôtre de la "Weird Fiction" (ou fiction d'horreur) qui souhaite débrider la Fantasy et la libérée de ses carcans pré-établie.

Vous l'aurez compris j'ai été très enthousiasmé par mon voyage à Nouvelle-Crobuzon et je ne peux que vous recommandez de faire de même...

__________________________________________


Perdido Street Station a reçu les prix :
  • British Fantasy
  • Arthur C. Clarke
  • Premio Ignotu
  • Kurd Laßwitz
  • Jacques Chambon de la traduction (traductrice : Nathalie Mège)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.epopee-litteraire.com/forum.htm
 
Perdido Street Station - China Miéville
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [China Miéville] Merfer
» China Miéville - Les scarifiés
» LOMBRES de China Miéville
» MERFER de China Miéville
» [HORS-SERIE ATTRACTION Parc Disneyland] Disneyland Railroad - Main Street Station.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Epopée Littéraire :: ~ Romans Fantasy, Fantastiques & Imaginaires-
Sauter vers: